Saint Nazaire Infos

Deux Martiniquais du "Marin" au départ de la Transquadra

Dimanche sur les coups de 12 h 30, 77 bateaux prendront le départ de la 7e édition de la Transquadra qui ralliera Saint-Nazaire et Barcelone au Marin (Martinique). Parmi les quadras de cette flotte, une première avec la participation d'un équipage martiniquais 100% originaire du Marin.

Course en solitaire ou en double, la Transquadra est une course réservée aux amateurs. Outre leur passion de la voile, tous ont en commun d'avoir 40 ans révolus. Ces skippers dont beaucoup sont des chevronnés, traverseront l'Atlantique sur une distance de 3 800 miles en deux étapes. La première les conduira jusqu'à Porto Santo (Madère). Puis ils reprendront le cours de leur traversée les 21 et 28 janvier 2012 pour rejoindre Le Marin, une ville de 9 000 habitants qui est également le plus grand port de plaisance des Caraïbes.

Hier mercredi, une partie de la flotte s'est élancée de Barcelone pour une première transocéanique au départ de la Méditerranée. Vingt-six équipages sont donc partis à l'assaut du Détroit de Gibraltar pour rejoindre Porto Santo dans l'archipel portugais de Madère. Dimanche, c'est 77 équipages qui prendront le départ de Saint-Nazaire avant d'affronter le Golfe de Gascogne pour se diriger vers celle que l'on appelle "l'île dorée" au Portugal. Saint-Nazaire accueille pour la 3e fois le départ de cette épreuve unique. Depuis mercredi, l'ensemble des bateaux est amarré dans le bassin de la base sous-marine. Le village mis en place va vivre jusqu'à dimanche au rythme de cette Transquadra qui attire énormément de public tout au long de ces cinq jours. Au-delà du caractère sportif de cette compétition, c'est toute l'économie locale qui bénéficie des retombées de l'événement et montre combien Saint-Nazaire est attaché à ce type d'organisation. Un constat fait par Joël Batteux lui-même : "Avec le record SNSM et la Solidaire du Chocolat, la Transquadra vient conforter la place prépondérante de la cité au sein du club des ports de départ des belles aventures océaniques".

Fierté de représenter la Martinique

Parmi les skippers de la flotte, figure pour la première fois de l'histoire de la Transquadra un équipage Martiniquais de la ville d'arrivée du "Marin". Albert Lapiquonne et Gaston Talba respectivement 52 et 48 ans sont tous les deux des "voileux". Ils pratiquent le nautisme depuis plus de 30 ans et travaillent d'ailleurs tous les deux dans ce secteur. Le premier nommé est chef d'entreprise dans le nautisme et le second est directeur du Centre Nautique du Marin. Habitués à recevoir la Transquadra, les deux marins du "Marin" out eu l'idée de se lancer dans la grande aventure avec une idée bien précise :"Il s'agit avant tout de montrer la capacité des Antillais à conduire un projet dans le monde réservé du nautisme. Chez nous, le nautisme est en plein développement et nous voulons inciter le plus grand nombre de Martiniquais à s'y intéresser". Avec des interventions en milieu scolaire afin de sensibiliser les enfants, Albert et Gaston ont voulu démontrer qu'une orientation vers les métiers de la mer pouvait être une solution pour les jeunes martiniquais. Leur projet a aussi un autre intérêt :"A travers cette course, nous souhaitons également promouvoir la Martinique". Bien qu'ils ne définissent pas comme des régatiers purs et durs, malgré une certaine expérience, nos deux compères ne manquent pas d'ambitions. Dans cette aventure, ils aborderont la traversée de l'Atlantique pour la première fois dans ce sens et ne sont pas sans espoirs de classement."Nous ne sommes pas là pour faire de la figuration et nous avons trois objectifs : le premier c'est d'être au départ ce qui est chose faite. Le second c'est d'être à l'arrivée. Le troisième est d'être sur le podium. Nous ferons tout pour obtenir le meilleur classement, mais il faut avant tout que cette course reste un plaisir et une fierté de représenter la Martinique et Le Marin".

Un port de plaisance

Interrogé sur la découverte de Saint-Nazaire, Albert Lapiquonne s'est dit surpris :"C'est une ville avec une image industrielle. Pourtant, on sent qu'elle a d'autres atouts. Pourquoi, ne pas aménager les pontons pour en faire un port de plaisance. Cela ne pourrait être que bénéfique pour les commerces. Il suffit d'utiliser à bon escient tout cet endroit et en particulier la base sous-marine qui servirait d'abri. Ce serait également une façon de mettre en valeur ce lieu chargé d'histoire". Un constat qui ira droit au cœur de tous ceux qui pensent que ce quartier de la ville pourrait être transformé en port de plaisance.

Auteur : YE | 07/07/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « 7e édition de la Transquadra. Ils sont partis lundi après-midi »
Article suivant : « Loïck Peyron pulvérise le record de la SNSM en 11 h 48 min 30 s »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter