Saint Nazaire Infos

Destinations 2030 : les lycéens donnent leur avis

L’équipe de Destination 2030 était ce début de semaine au lycée Aristide Briand pour discuter avec les lycéens de leur vision du lycée et de Saint-Nazaire en 2030.

Destination 2030 continue de faire son bout de chemin. Cette fois-ci, ce sont les lycéens d’Aristide Briand qui sont au cœur de la démarche. Les membres de l’équipe de Destination 2030 ont installé leurs drôles d’engins au « cœur », centre du lycée pour « montrer que ce bâtiment peut-être dynamisé », explique Stéphane Juguet, anthropologue à « What time is it ? ».
Scénographiée par Laëtitia, la directrice artistique du projet, la fusée qui est le centre de la pièce est devenue le centre nerveux de l’installation de Destination 2030. La décoration, utilisée dans les activités, est aussi le résultat des discussions avec les jeunes. Elle restera en place.
Ils s’avouent tout de même un peu déçus par le nombre de jeunes venus échanger avec eux. Pour Stéphane Juguet, ç’aurait dû « être un travail de longue haleine sur deux semaines plutôt que sur trois jours ».
 

Les activités

Créacarte : c’est une application permettant de géolocaliser ses idées et de les écrire (exemple : au parc paysager, une maison des jeunes qui dynamise le lieu). Une quarantaine d’idées ont déjà été transmises. « Nous les avons confrontées avec les idées déjà récoltées. Ça a conforté la création d’une vallée de la culture partant du front de mer, passant par le parc paysager et Aristide Briand pour se terminer vers l’Immaculée », souligne Stéphane Juguet. L’outil créé pour la consultation à la médiathèque Etienne Caux (http://www.saintnazaire-infos.fr/comment-voyez-vous-la-mediatheque-dans-20-ans-23-43-1468.html) a été ré exploité. Les lycéens ont donc profité des magnets pour montrer leur vision du lycée en 2030. « On remarque l’importance de la technologie qui n’empêche pas la volonté de garder une forte présence humaine », ajoute Stéphane Juguet. Les lycéens ont aussi la volonté de rendre les liens avec les professeurs plus poreux pour améliorer la communication. Les discussions dans la zone fumeurs, devant le lycée, ont montré à l’équipe à quel point les lycées se surveillent plus dans l’enceinte du lycée. Dehors, même juste devant, la parole se libère et est sensiblement différente.
La machine utilisée à la restauration collective des agents de la ville a aussi été réutilisée. On y met un jeton et la machine sort un papier avec une question en rapport avec la nourriture (plat, dessert, café, …) Ils peuvent alors prendre une fiche et répondre. Exemple pour le fromage : maintenant c’est « une odeur de camembert périmé » et en 2030 « peut-être une rondelle de chèvre, car le bio et le naturel auront dévoré notre ville ».

Ce que veulent les lycéens

Le résultat ne sera finalement rendu qu’en octobre. L’équipe a pourtant déjà fait quelques constatations. Par exemple, les jeunes sont plus critiques que les adultes.Ces derniers « ont une retenue bienveillante car ils ont déjà vu les grands efforts qui ont été faits », analyse Stéphane Juguet. Les propositions ont fusé pour rendre la ville plus fun. Une partie d’entre elles sont retranscrites sur le sol de la fusée. Comme ils trouvent le quartier de Penhoët mort, les lycéens ont proposé d’y installer une grande roue offrant un point de vue imprenable sur l’estuaire, la ville et les chantiers. Le lycée n’est pas oublié : une fontaine d’eau pétillante dans la fusée, un jardin japonais pour se détendre, un baby-foot et des tables plus grandes, rien n’est mis de côté pour améliorer le confort d’Aristide Briand.
Avoir des endroits où s’amuser est aussi une thématique récurrente. Que ce soit une scène ouverte, une boîte de nuit, une maison pour les jeunes au parc paysager ou encore des artistes ambulants le long du bord de mer (pour le dynamiser), ils veulent des animations s’adressant à leur tranche d’âge. En réaction à celles organisées pour les jeunes enfants et les personnes âgées, ils « ont le sentiment d’appartenir à une tranche d’âge abandonnée », remarque Stéphane Juguet.
 

Auteur : AP | 24/05/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Déclaration de Joël Batteux »
Article suivant : « Conseil municipal : une nouvelle gare… dans quelques années »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter