Saint Nazaire Infos

Course hors stade : semi-marathon de la Brière

Le Nantais Saïd El Fadil s’est imposé de toute une classe, dimanche, à Saint-André-des-Eaux. Il a même égalé son propre record
Les athlètes ont dû composer avec les éléments
Les athlètes ont dû composer avec les éléments

Ce fut une totale réussite au niveau de l’organisation placée sous la tutelle de sa cheville ouvrière, Stéphane Guézo. Ceci n’est pas une surprise. Seulement, ce que la section andréanaise de l’ESCO 44 n’avait pas prévu en ce dimanche, c’est que le 17e anniversaire du semi-marathon de la Brière se disputerait dans des conditions dantesques. Jean-Marc Le Boulair, speaker avisé, évoquera un « contexte un peu difficile ». C’est le moins que l’on puisse dire. Ce fut une succession de grains, de violentes averses glaciales, parfois de grêle, entre deux minimes éclaircies, le tout avec un vent violent sur lequel les athlètes vinrent souvent buter.
Seulement, quand on se consacre à la course hors stade, on doit composer avec les éléments.
Ils furent 2000 concurrents, un record, à se présenter au départ : près de 250 sur le 7,3 km, 1500 sur le semi dont 60 équipages de deux athlètes, chiffres auxquels il convient d’ajouter tous les jeunes qui participèrent aux galopades la veille.
Le semi-marathon de la Brière est incontournable. On y vient, notamment, pour répéter ses gammes avant les grands rendez-vous comme le marathon de Paris ou le marathon de Nantes qui aura lieu le 21 avril prochain. Le circuit est rapide, mais il fallait quand même se méfier des glissades sur les chemins forestiers.

Sur le 7,3 km, Jérôme Bernard (Stade Nantais AC) s’est imposé en 23’01’’ devant David Bernier (ESCO 44) en 23’28 et un autre Nantais, David Goupille (TCN) en 25’02.
 

Saïd El Fadil sous le déluge andréanais

Sur le semi-marathon, il y eut deux courses, celle de Saïd El Fadil (Sobhi Sport Nantes) et celle des 1499 autres participants. Vainqueur l’an dernier après avoir établi un nouveau record en 1 h 06’14'', El Fadil s’est promené dans la tourmente au point de signer exactement le même chrono à l’arrivée, égalant son propre record. Mais dans ces conditions, cela avait valeur d’exploit. Pourtant, le Nantais ne se considérait pas au mieux de sa forme malgré les presque 7 minutes d’écart avec le deuxième qui affichèrent son insolente domination. « Je n’ai vraiment repris qu’il a trois semaines après une petite blessure. Je suis parti tout seul car je voulais faire moins de 1 h 07’. Et seul, ce n’était pas facile surtout entre les kilomètres 10-13 avec un fort vent de face que l’on retrouvait dans la ligne d’arrivée. J’ai toutefois commencé à penser au record dans la 2e partie de la course », dira le lauréat à l’arrivée. « J’avais promis aux dirigeants l’an dernier de revenir. J’ai tenu parole. Cela m’a permis de préparer le prochain marathon de Rotterdam. Mais ce serait bien d’avoir avec moi quelqu’un qui me tire un peu dans ce type de course ». Mais les athlètes de ce niveau ne sont pas légion. On retiendra que la seconde place est revenue à un radiologue quimpérois licencié au Stade brestois, Anthony Michelot, ravi d’avoir participé à l’aventure (quand on est Brestois, les intempéries, on connaît) pour préparer aussi un marathon, celui de Boston dans deux mois. Enfin, c’est encore un Nantais qui s’est emparé de la troisième, Fabrice Hervé.
 

Auteur : P.M. | 17/03/2013 | 0 commentaire
Article précédent : « Volley-ball Nationale 3 : Les Nazairiens taille patron »
Article suivant : « Volley-Ball Ligue B : 21 ans après, le SNVBA en Ligue A ! »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter