Saint Nazaire Infos

Conseil Municipal : Saint-Nazaire repense sa politique sociale

Face à une situation sociale de plus en plus dégradée le besoin d’adapter la politique sociale de la ville à une nouvelle situation est devenu indispensable. Partenaires institutionnels, associations, professionnels, bénévoles et usagers ont participé à une grande réflexion pour aboutir à de nouvelles orientations.

La ville de Saint-Nazaire historiquement portée vers la solidarité a constaté Une vaste étude menée depuis 2010, a mis en évidence, entre autres ponts les suivants:
- une augmentation de 17 % du nombre de repas distribués.
- 28 % de la population vit avec des revenus mensuels inférieurs à 800 €.  - une augmentation de 41 % des assignations pour expulsions
- un taux de chômage de 13,4 %, très supérieur à la moyenne nationale. Des chiffres qui font froid dans le dos, et pour Pascal  Grange adjoint au Pôle solidarités et citoyenneté, il fallait « coordonner des actions volontaristes avec le Conseil Général ».

L’étude a aussi montré trois groupes de personnes vulnérables :
- celles dont l’ équilibre est menacé (travailleurs pauvres, et retraités)
- celle dont la vulnérabilité est permanente car ils vivent avec des revenus les plus bas,
- et celles qui souffrent d’insécurité car leur situation est instable entre périodes de chômage et d’activité.

Le CCAS va voir sa mission renforcée pour venir en aide à une population plus importante. Pour Pascal Grange « la ville fixe le cap, le CCAS pilote les actions. » Certains usagers n’osent pas saisir le CCAS et 1 personne sur 2 déclare ne pas faire appel aux services sociaux et la solidarité familiale fonctionne encore. Le CCAS dévoilera sa mission au mois de Février. La ville de son côté apporte 2 M d’€ pour reloger les associations caritatives au même endroit pour une meilleure efficacité.
Le CCAS devra également coordonner et améliorer le problème du logement d’urgence.
Des travaux vont être entrepris pour refaire le foyer logement Blanchi en y intégrant l’accueil des couples.

La municipalité souhaite « développer les chèques repas anonymes, le microcrédit et les aides à projet. » «  Le retour aux visites à domicile est envisagé. »

Réactions


Joël Batteux s’est dit « sidéré  par le déséquilibre qu’il y a entre l’inquiétude des médias pour les marchés et la difficulté des citoyens. Il faut remettre à son niveau l’inquiétude des citoyens car sinon cela amènera des conflits durs et violents. »

Pour  Jean-Louis Garnier, il y a dans les travaux de cette commission un aspect assez positif. Il se dit sidéré de constater que 25 % des foyers nazairiens ont un revenu mensuel inférieur à 800 €.  Il est très étonné de constater « la distorsion extrêmement importante avec les autres communes de l’agglomération, (Trignac a un revenu moyen de 200 € plus élevé). »

Pour Nathalie Bruneau : « Nous voulions souligner l’importance de cette délibération et l’engagement de la municipalité, la majorité a su s’interroger sur ces thèmes, interroger les usagers et diversifier les accompagnements. »

Josette Emonides Modem : « vous nous proposez des interventions pour compenser les effets de la pauvreté, pas pour les prévenir ! Les dispositifs s’empilent, par types de problèmes, par catégorie de personnes mais ne règlent pas les causes. » « Nous approuvons totalement le rôle de coordinateur et d’acteur de l’action sociale du CCAS défini dans cette délibération. »

Arlette Mousseau groupe Europe Ecologie les Verts approuve les orientations générales « et si la période des fêtes voudrait surtout nous inciter à des bons sentiments, nous avons mille fois raison de parler de solidarité sans laquelle nous ne faisons plus de société. »

Pour Christian Saulnier « La politique de l’habitat sur la Presqu’île ne permet pas aux salariés saisonniers à revenus modestes de la Presqu’île de se loger sur place et ils  viennent se loger à Saint-Nazaire. Le positionnement du Maire de Pornichet qui souhaite quitter la CARENE pour rejoindre Cap Atlantique est significatif de cette démarche qui vise à s’installer dans un écrin qui exclut tous les travailleurs fragilisés.»

Hommage à Madame Caux et à Patrick Letang

Une minute de silence a été observée en début de conseil en hommage à Madame Caux et Patrick Letang.
Madame Caux était l’épouse d’Etienne Caux. Joël Batteux a voulu témoigner « du soutien sans faiblesse apporté à son mari tout au long des dernières et pénibles années de son mandat de maire et jusqu’à ses derniers jours. »

"Patrick Letang appartient à la cohorte de ces combattants et de ces militants qui ont conféré à la République laïque ses lettres de noblesse.
Gérard Mauduit et Marie-Odille Bouillé ont évoqué à l’occasion de ses obsèques les qualités de l’homme dont la retenue n’avait d’égale que sa conviction laïque et son engagement au service de l’éducation populaire. Il a été avec Gérard Mauduit, le concepteur fondateur de l’Office Municipal de la jeunesse
."

Auteur : JBR | 18/12/2011 | 2 commentaires
Article précédent : « Conseil municipal : nouveau gymnase pour 2014 »
Article suivant : « Eric Provost se lance dans la course aux municipales »

Vos commentaires

#1 - Le 19 décembre 2011 à 17h34 par PAUL
Étonnant dans ce cas que la mairie se livre à un tel gaspillage d'argent publique. Et qu'ils augmentent sans aucun scrupule les impôts locaux. Nous payons énormément d'impôt par rapport aux autres communes équivalentes et nous vivons avec 1/4 de la population en dessous du seuil de pauvreté. Si la sidération de Mr le Maire pouvait prendre un sens avec une politique fiscale inversé par rapport au train qu'elle a pris. Nous aurions fait un vrai pas en avant. Mais comme la solidarité n'est qu'un prétexte électoraliste, il y a fort à parier que dans un ou deux mois la mairie nous annonce encore un grand projet pharaonique qui coutera à tout le monde et qui ne rapportera qu'à ses amis.
#2 - Le 21 décembre 2011 à 20h16 par Jean-Louis garnier
Lors de mon intervention j'ai expliqué que la politique suivi était tout à fait adaptée pour la grande pauvreté mais pas à cette pauvreté plus modérée mais bien réelle qui concerne de 25% à 37% des ménages de notre ville et dont le règlement me semblait dépasser nos moyens.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter