Saint Nazaire Infos

Conseil Municipal le vent soufflera bientôt dans les éoliennes

La société RTE est venue en début de conseil donner quelques informations sur le développement futur du parc éolien en mer de Saint-Nazaire.
Le futur parc éolien à peine visible de Pornichet
Le futur parc éolien à peine visible de Pornichet

80 éoliennes seront espacées de un kilomètre. Elles auront une puissance de 480 à 500 MW ou l’équivalent de la consommation électrique annuelle d’une ville de 720 000 habitants. Elles seront installées à plus de 12 kilomètres des côtes et il n’y aura pas de pollution visuelle. Les prévisions d’emploi sont nombreuses 100 emplois sur le site de La Turballe  chargé de la maintenance, 300 emplois à Montoir et 200 emplois à Saint-Nazaire. Pour le maire de Saint-Nazaire « on doit être à la hauteur de cet enjeu ».

Les élus écologistes soulignent : « les opposants au parc éolien offshore de Guérande/Saint-Nazaire qui dénigrent ce projet dans son ensemble afin d’obtenir son ajournement se fourvoient. Nous affirmons également que la municipalité doit participer à cette transition énergétique et travailler à une production locale d’énergies renouvelables ».
Un dossier sur lequel nous reviendrons.

Street Session c’est fini le festival Bouge présente sa VIe édition

La Ville avait décidé de ne pas reconduire Street Session. Elle a souhaité accompagner par une subvention exceptionnelle de 49 460 euros la VIe édition du festival Bouge organisé par la maison de quartier de Méan-Penhoët. La manifestation proposera une programmation musicale d’artistes reconnus (Freakin’kids, La Belle Bleue, Aurage, Zoufris Maracas, Guts, BSF) Le festival présentera de nombreuses activités sportives (BMX, Skate, boxe) et chorégraphiques (battle hip Hop, The Rookies). Bouge rassemble plus d’une centaine de jeunes sur les plateaux musique, sport et danse et s’adresse à tout public.
DésirS de Ville fait remarquer « que cette décision est guidée par un soucis d’économie puisque Street Session coûtait 90 000 euros et Bouge 49 460. Pourquoi d’un côté se séparer d’événements marquants et largement appréciés et d’un autre côté vous vanter de faire de la culture un domaine d’intervention prioritaire en construisant une politique attractive et en maintenant le budget global culture ? N’est ce pas contradictoire ? ».

Saint-Nazaire veut promouvoir la langue bretonne

Jean-Jacques Lumeau adjoint en charge des affaires culturelles et Patrice Bulting adjoint en charge du tourisme ont présenté dans le cadre du rapport Bretagne diverses préconisations visant à souligner l’apport de la culture bretonne à la ville de Saint-Nazaire. Afin d’obtenir le certificat « Ya d’ar brezhoneg » il faut prévoir au moins cinq actions dans les deux ans à compter du vote de la délibération.
Afficher la langue bretonne, diffuser la connaissance de la langue, utiliser la langue oralement dans les relations avec le public, l’Office Public de la Langue Bretonne (OPLB) décernera un label selon le degré d’implication et la nature des réalisations choisies.
Ludovic Le Merrer que l’on sait très attaché à la cause bretonne remercia la municipalité d’adhérer à la charte ya d’ar brezhoneg.  « Certes votre engagement ne porte que sur le niveau minimum. Il va sans dire que d’hisser le gwenn ha du au fronton de la mairie et sur le front de mer, permettrait d’affirmer un peu plus clairement l’identité bretonne de notre ville et de ses habitants. Mais chaque chose en son temps, patience…Sant Nazer e breith ».
Saint-Nazaire Centre-Droit se félicite « du petit pas fait en direction de l’identité bretonne. C’est en souvenir de Damien Perrotin militant modéré qui a tant œuvré pour la culture bretonne, ainsi que pour tous les Bretons que nous voterons l’adoption de cette charte « ya d’ar brezhoneg »
David Samzun a rappelé que le gwenn ha du ne flottera pas sur les bâtiments de la ville « pour moi le débat est clos ».

Instauration de la taxe de séjour

Afin de favoriser et promouvoir la fréquentation touristique de Saint-Nazaire  la Ville va mettre en place une taxe de séjour. « Son instauration vise aussi à faire participer les touristes eux-mêmes à la promotion dont ils bénéficient et non seulement, comme c’est le cas actuellement, les contribuables et les professionnels de l’hébergement. La taxe de séjour est aquittée par le touriste, elle est perçue par différents types d’hébergements : hôtels, résidences, meublés, villages vacances, campings… La procédure de collecte devra être simple et efficace et non pas perçue comme une lourdeur administrative ».
De nombreux projets sont en cours pour 2015 pour favoriser la fréquentation touristique. La labellisation « Pavillon bleu » sur certaines plages. « La traversée de Saint-Nazaire » par la découverte de la ville de son histoire et de son patrimoine à partir du bus hélYce. L’accueil des croisiéristes (neuf escales à Montoir en 2015, le développement du tourisme fluvial avec Croisieurope la Loire de Saint-Nazaire à Bouchemaine. Une grande campagne de communication autour de Saint-Nazaire Ville à la mer. Enfin la refonte signalétique de la ville, des parcs et jardins et le développement des circuits vélo avec « La Loire à Vélo ».
Stéphanie Sutter pour le Rassemblement Bleu Marine suggère que la taxe puisse être acquittée à terme échu du trimestre sur le réel  réalisé. « Et qu’en est-il pour les entreprises qui logent leurs travailleurs au camping ? »  Elle regrette que le coût de cette nouvelle taxe puisse alourdir le coût des séjours.

Auteur : JBR | 30/05/2015 | 0 commentaire
Article précédent : « Demain Saint-Nazaire à la rencontre des Nazairiens »
Article suivant : « Conseil Municipal au son des micros récalcitrants »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter