Saint Nazaire Infos

Conseil municipal : du stalinisme au Printemps arabe

C'est une rentrée en fanfare pour le conseil municipal de Saint-Nazaire avec 62 délibérations et presqu’autant de « coups de gueule » des élus.

Le conseil de la rentrée comportait 62 points. Il a commencé avec de la culture : le contrat d’objectifs (2011-2014) du Fanal. La structure fait partie des 70 établissements ayant le label « Scène Nationale », Ce label est obtenu grâce à des missions de service public dans les domaines de la création et la diffusion artistique de l’action culturelle. Chaque contrat d’objectifs dure quatre ans et doit être renouvelé. Éric Edom, conseiller municipal de l'opposition Label Gauche, interroge la municipalité : « Quels sont les objectifs culturels de la Ville ? Où et dans quels débats sont-ils définis ? ». En effet, en 2012, l’équipe du Fanal va investir les tout nouveaux locaux du Théâtre. Une autre source d’inquiétude pour François Billet, conseiller municipal subdélégué les Verts, « les prix vont augmenter avec le Théâtre. Le manque de place au Fanal avait engendré le développement d’une programmation hors les murs ; il ne faut pas que le Théâtre la fasse disparaître. Que vont devenir les locaux du Fanal ? Que va devenir la programmation art et essai ? » Pour Éric Provost, maire adjoint, « nous savons où nous allons ». Avec quatre abstentions, la délibération a été votée à la majorité.

Règlement intérieur et recul de la démocratie

Il est soumis au conseil municipal deux changements au règlement intérieur adopté le 27 juin 2008. Le temps de parole (art. 22) est limité à une seule intervention par groupe politique (ils sont sept) et n’excédera pas cinq minutes pour les conseillers municipaux et deux pour les autres. La place accordée aux groupes politiques dans Saint-Nazaire Magazine (art. 33) est proportionnelle au nombre d’élus. Pour Jean-Christian Diat, conseiller municipal de l'opposition Centre démocrate, il s’agit « de limiter le temps de parole pour museler l’opposition. Il y a un décalage entre le pouvoir local et la volonté des habitants. Nous, opposition, nous représentons 60 % de l’électorat de Saint-Nazaire ! ». Le maire, Joël Batteux, s’empresse de souligner que le premier règlement a été adopté à l’unanimité et que les évolutions proposées ne le dénaturent pas. Et Éric Edom de faire un parallèle avec la situation en Tunisie : « Vous venez de vous débarrasser d’une dictature, ici nous vivons le contraire. Plus nous avançons dans le temps, plus nous voulons faire entendre notre voix, plus la parole est spoliée, plus la démocratie recule ! ». Christophe Cotta, conseiller municipal subdélégué PS, ne se contient plus et fait part de sa « réaction épidermique envers deux groupes qui ont explosé : l’un [UMP] qui résout ses problèmes devant les tribunaux, l’autre [Label Gauche] qui n’a pas tenu ses engagements envers ses colistiers et les autres [Centre démocratique qui n’avait rien dit pour le coup] qui changent tellement de nom qu’on ne s’y retrouve plus ! ». Une intervention approuvée par ses collègues mais moins par l’opposition. Roseline Amelot, conseillère municipale de l'opposition Divers gauche, est la première à réagir avec une déclaration qui a beaucoup choqué : « Camarades du Soviet Suprême, soyez salués ! Le conseil municipal devient une mascarade, vous n’accordez aucune caution à nos dires. Qu’en pensez-vous camarades ici présents ? Vous n’êtes quand même pas tous là seulement pour faire de la figuration ? » Arlette Mousseau, adjointe en charge du quartier Ouest, dit se sentir insultée par ses propos : « Nous avons un contrat de majorité, mais nous disons ce que nous pensons. Je ne pense pas être une godiche, ni avoir été au Soviet Suprême ». La délibération a été votée à la majorité, toute l’opposition votant contre.

Schéma Départemental de Coopération Intercommunale

Jean-Louis Garnier, conseiller municipal de l'opposition UMP, a proposé un amendement à cette délibération : « Le conseil municipal de la ville de Saint-Nazaire souhaite que soient étudiées la possibilité et les conséquences de la fusion des trois communautés suivantes : Cap Atlantique, CARENE et Sud-Estuaire. Ces trois communautés partagent la même situation géographique de finisterre, sont unies par de forts liens économiques et constituent pour leur population une seule zone d'emploi et de vie. Il est souhaitable que la possibilité de cette union soir étudiée ». Joël Batteux a assuré qu’il ne manquerait pas de communiquer cette idée aux élus du Sud-Estuaire et de Cap Atlantique, mais qu’elle ne serait pas rajoutée à la délibération. Il remarque aussi l’absence de la zone Loire et Sillon, toute proche aussi, et qui le sera encore plus avec l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. « Le dialogue est engagé », conclut-il. La délibération a été votée à la majorité.

Mission « médiation tranquillité publique »

C’est l’aboutissement d’une démarche de proche collaboration menée depuis plusieurs années. Le dispositif de terrain va créer six emplois sur le territoire pendant trois ans. Ces médiateurs seront au contact et au service de la population : leur mission sera de renforcer le lien entre les habitants, de garantir le respect des règles et des personnes par des actions de prévention sur le terrain. Pour Arlette Mousseau, « La Ville continue des choses qui ont bien marché jusque-là. Si aujourd’hui il est outrancier de parler d’insécurité à Saint-Nazaire, c’est parce que le travail de prévention a porté ses fruits. Il va cependant falloir faire attention à ce que les médiateurs n’apparaissent pas comme une police municipale bis ». Kevin Izorce, conseiller municipal de l'opposition Centre démocrate, trouve « le dispositif intéressant. Quel budget ? - « 200 000 € » répond Lydie Mahé, maire adjoint. La délibération a été votée à l’unanimité. Le dispositif devrait être mis en place pour la fin de l’année 2011/début 2012.

Autofinancement important et faible endettement
Enfin, la chambre régionale des comptes atteste que la situation financière de Saint-Nazaire est plutôt meilleure que celles des autres communes de même strate grâce à un autofinancement important et un endettement très faible. C'est-à-dire que la Ville a 21M € de dettes pour 150 M € de budget. Depuis 2006, un « prêt à clapet » a été souscrit à Dexia [banque qui finance les collectivités locales dont l’État fait partie des actionnaires] : le taux est faible quand l’économie va bien et augmente quand il y a des problèmes. Le taux est passé de 3,69 % à 4,80 % pour 2010 et devrait monter jusqu’à 7/8 % pour 2011. « Nous sommes 5 000 à avoir été les ''couillons de la farce''. Nous n’imaginions pas qu’à Dexia c’étaient des escrocs. Nous risquons 200 000 €, ce qui n’est pas très important par rapport au taux d’endettement. Nous envisageons de porter plainte.» Conclut Olivier Richard, maire adjoint.
 

Auteur : AP | 24/09/2011 | 3 commentaires
Article précédent : « Ouverture officielle du Val de l’Ève »
Article suivant : « Conseil municipal : développement des conseils de quartier »

Vos commentaires

#1 - Le 25 septembre 2011 à 11h06 par Mathias , Versailles
Cap Atlantique (70 000 hab) + Carène (120 000 hab) + Sud Estuaire (25 000 hab) , ça ne me parait pas une mauvaise idée (200 000 hab). Mais si il faut y ajouter Loire et Sillon (20 000 hab) il faudra alors également ajouter le Pays de Pont-Château (30 000 hab) pour reprendre le plus exactement possible les limites du bassin nazairien (bassin de vie) : "Communauté d'Agglomération du Bassin Nazairien" avec 250 000 habitants.

(en sachant que le bassin d'emplois correspond quant à lui aux limites administratives de l'arrondissement de St Nazaire, et y inclut donc la Région de Pornic (30 000 hab), formant ainsi un ensemble cohérent de plus de 300 000 habitants).
#2 - Le 30 septembre 2011 à 08h52 par GUILLARD France, Saint-nazaire-ouest
Cher MATHIAS, vous habitez Versailles ou ST-Nazaire ? vous êtes un
" parachutez ?" il serait temps que chacun se remémore les années P.S., ça n'était pas mieux qu'aujourd'hui, ils ont tout donnés! surtout ce qu'ils n'y avait pas dans les caisse de l'ETAT.
Il y en a qui ont la mémoire courte.
Que l'opposition ne s'inquiète pas, dans quelques mois, j'aurais réglé LE PROBLEME! parole d'une Nazairienne de souche.
#3 - Le 01 octobre 2011 à 10h37 par Mathias , Versailles
Je suis nazairien également, mais je fais mes études en région parisienne, sans pour autant rester déconnecté. (Pourquoi dois-je me justifier auprès de quelqu'un que je ne connais même pas ?)
Donc aucun rapport avec un quelconque "parachutage", d'ailleurs je ne sais même pas pourquoi vous utilisez une terminologie aussi forte et inapproprié.

Si il faut être "nazairien de souche" pour pouvoir poster un simple commentaire sans être pris à parti ça craint un max... !!!

(P.S: Ce n'est pas un forum ici, chacun est libre de participer, d'où qu'il soit, à partir du moment que ce qu'il écrit reste cohérent et compréhensible de tous : c'est le principe).

Cordialement

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter