Saint Nazaire Infos

Conseil municipal : développement des conseils de quartier

Les conseils de quartier existent depuis trois ans. Suite au « Premières rencontres des conseils de quartier » en mai dernier, une réflexion a été engagée pour les faire évoluer.
Elus et conseillers devant l’exposition dédiée aux conseils de quartier dans le hall de la mairie de Saint-Nazaire.
Elus et conseillers devant l’exposition dédiée aux conseils de quartier dans le hall de la mairie de Saint-Nazaire.

Mis en place en 2008, les conseils de quartier sont, chacun, constitués de huit habitants, huit membres d’associations et huit institutions. Ils sont implantés dans les sept zones de Saint-Nazaire : Centre ville/Ville-Port/Petit Maroc, Front de mer/Gavy/Océanis, Immaculée, Méan/Penhoët/Herbins, Nord, Ouest et Saint-Marc- sur-Mer. « Les conseils de quartier sont un outil novateur, marqué par la volonté de participation des habitants », commence Lydie Mahé, maire-adjoint chargée des ressources humaines, des services logistiques et des relations aux habitants.

« Premières rencontres des conseils de quartier »
Elles ont eu lieu le 28 mai dernier. 80 % des représentants des habitants étaient présents. Les conseillers de chaque quartier ont présenté une ou deux de leurs réalisations. « Nous avons pu échanger nos points de vue et dialoguer entre les différents quartiers », précise Natacha Bas du quartier Centre-ville/Ville-Port/Petit Maroc. Les discussions ont permis de mettre en place des améliorations de la charte initiale présentée au conseil municipal de vendredi. « Nous nous sommes rendu compte que tous les territoires ne sont pas représentés, comme le quartier Ouest qui est morcelé en plusieurs quartiers. Augmenter le collège des habitants va permettre une meilleure représentativité », ajoute Arlette Mousseau, adjointe en charge du quartier Ouest et de la coordination du dispositif adjoint de quartiers.
Plusieurs réalisations dans la ville sont déjà l’œuvre des conseillers : les jeux de plage près de la Préfecture, la fermeture de la rue pour le marché de Saint-Marc, des espaces de jeux à la Bouletterie et à la Chesnaie… S’ils ont privilégié dans un premier temps des projets de petits aménagements, les conseillers s’attaquent maintenant à de plus gros morceaux. Par exemple dans le quartier Ouest, « une réflexion va démarrer, à la demande des habitants, sur le quartier du Moulin du Pé et le site de l’hôpital », explique Arlette Mousseau. Pour la période 2007-2015, une enveloppe de 7 M € a été votée pour les projets de proximité.

La nouvelle charte
Le rôle des conseils de quartier est renforcé par rapport à la charte de 2008. Ils peuvent dorénavant formuler des propositions sur les projets municipaux d’équipement et d’aménagement de leur quartier ainsi que proposer à l’étude et au débat tous sujets qu’ils jugeront pertinents. Les conseils pourront aussi être consultés avant les réunions publiques.
La composition change : le collège des habitants va doubler en passant de 8 à 16 membres. Les membres suppléants (qui va aussi passer au nombre de 16) pourront aussi être associés aux travaux des conseils. Les membres sont désignés pour la durée du mandat municipal. Des représentants associatifs et des membres plus institutionnels (comme les adjoints de quartier ou des représentants de Silène) vont continuer à en faire partie.
Le même système de « recrutement » va être utilisé pour cette augmentation d’effectif. Le premier réflexe va être de proposer aux suppléants s’ils veulent devenir conseillers à part entière. Puis, la Mairie va lancer un appel à candidature dans les quartiers. Les nouveaux conseillers seront tirés au sort. En 2008, pas moins de 416 habitants avaient répondu présent, dont 112 qui ont été retenus.

Votée mais avec quatre abstentions
Ce projet est la première délibération soumise au conseil municipal de vendredi soir. Les Verts, le Centre démocrate et l’UMP ont commencé par montrer leur soutien, comme Jean-Louis Garnier, conseiller municipal de l'opposition UMP, qui trouve que « ça va dans le bon sens et qu’il faut l’encourager ». Mais c’est aussi l’occasion pour Éric Edom, conseiller municipal de l'opposition Label gauche, de rappeler que « si les conseils de quartier sont nés, ils le doivent pour beaucoup à la revendication de la population reprise par deux listes lors des dernières élections municipales. La majorité s’en est ensuite emparée. La montagne accouche d’un souris, on reste dans une verticalité où le haut reste omniprésent ». Une intervention qui donne le ton, mais pas autant que celle de Roseline Amelot, conseillère municipale de l'opposition Divers gauche, qui frappe beaucoup les conseillers. Elle demande plus d’efforts, trouvant que « se contenter d’associer les habitants de Saint-Nazaire pour des aménagements mineurs, ça ne mange pas de pain ». Ce à quoi Jacqueline Perrin, adjointe de quartier, réplique que « quand on parle d’aménagements mineurs, en parlant du réaménagement d’une école ou du projet du moulin du Pé, je ne pense pas que ça fasse plaisir aux membres des conseils de quartier présents dans la salle !».

 

Auteur : AP | 24/09/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Conseil municipal : du stalinisme au Printemps arabe »
Article suivant : « Le café d’hélYce »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter