Saint Nazaire Infos

Conseil municipal : débat houleux autour du handicap

L'adoption d'un schéma directeur sur le handicap a animé le conseil municipal de ce vendredi 17 décembre.

Avec l'adoption en conseil municipal, ce vendredi 17 décembre, d'un premier schéma directeur, la Ville formalise une politique du handicap. Au total, quatre orientations stratégiques vont être déclinées en 52 actions concrètes. Il s'agit en premier lieu de se conformer aux obligations, en matière d'accessibilité, fixées par la loi du 11 février 2005 sur l'égalité des droits et des chances des personnes handicapées. La Ville compte également changer les regards portés sur le handicap. 

Le maire, Joël Batteux, a souligné un « moment important de la vie municipale ». Il s'est félicité que la question du handicap, traitée jusqu'alors « de façon marginale », devienne « un volet de l'action sociale de la ville ».

Pour Christophe Cotta, le schéma directeur est « ambitieux » et « complet ». Le président du groupe socialiste estime qu'il traduit une « reconnaissance plus forte du handicap mental ». Roseline Amelot voit quant à elle « un grand pas en avant vers plus d'égalité entre les Nazairiens » mais souligne des « erreurs » de voirie, « la part belle » faite « aux caprices de designers et architectes ignorant le handicap » et estime que la réglementation en la matière est « à réécrire ».

Des élus quittent la séance

Eric Edom, la voix de Label Gauche, parle lui aussi d'erreurs « grossières » et regrette « un document de technocrates » qui manque d'« humanisme ». Lui-même en situation de handicap, il a proposé un compte-rendu de « j'ai testé pour vous » aux élus et soulevé des problèmes de stationnement ainsi que la question du devenir des déchets liés à l'automédication. Irrité par l'accusation d'inhumanité, Joël Batteux a jugé les conclusions d'Eric Edom « scandaleuses » : « Vos leçons sont inacceptables, a lâché le maire. Votre handicap ne vous excuse pas de tout. »

Peu après l'adoption à l'unanimité du schéma directeur, le maire adjoint Olivier Richard a reproché au membre de Label Gauche d'abuser de son temps de parole : « Vous avez un handicap mais vous n'êtes pas handicapé de la langue. » Une intervention qui a scandalisé plusieurs élus, du Modem, de l'UMP et divers gauche, qui ont manifesté leur indignation en quittant la salle le temps d'une délibération.

Quelques chiffres

1400 : le nombre de bénéficiaires de l'allocation aux adultes handicapés est passé de 1000 à 1400 de 2006 à 2009 à Saint-Nazaire. 

6% : il s'agit du taux d'emploi obligatoire de personnes handicapées pour un employeur public. Alors qu'il est à 5,63% en 2010, la Ville de Saint-Nazaire compte atteindre 6,93% en 2011.

300 : c'est en kilomètres la distance de voirie qui devra avoir été examinée à Saint-Nazaire d'ici mai 2011 dans le cadre de la réalisation d'un Plan d'accessibilité de la voirie et des espaces publics.

1300 : selon un voeu présenté par le maire adjoint Pascal Grange, il s'agit du nombre d'enfants handicapés qui ont vécu une rentrée scolaire « catastrophique » en Loire-Atlantique du fait d'une réduction de trois heures par semaine du temps d'intervention des auxiliaires de vie scolaire. Un « désengagement de l'Etat » que la Ville « ne sera pas en mesure de compenser ».

Auteur : CC | 18/12/2010 | 2 commentaires
Article précédent : « Le projet de pôle multimodal se précise »
Article suivant : « Un bus rapide pour relier Océanis à la gare »

Vos commentaires

#1 - Le 18 décembre 2010 à 11h33 par Guillard France, Saint-nazaire Ouest
Que de belles promesses au moment de noël et des élections à venir, pourquoi faut-il toujours accuser l'autre de faire ou pas, de dire ou pas, plutôt que de travailler sur les gros problèmes du handicapé, 25 ans que vous êtes là Mr Batteux, et c'est maintenant que vous vous réveillez? vous feriez bien d'inviter les associations qui luttent contre le handicap banalisé, sans oublier la notre ( A.V.P.A.) pourquoi mettre tous les handicapés mentaux ensembles, il y a divers handicaps, donc il devrait y avoir divers lieux pour accueillir chacun comme ça devrait l'être, faire des petites unités pour les schizophrènes, 99% ne sont pas dangereux pour les autres ni lui-même, je n'ai pas la même notoriété que Madame Sandrine Bonnaire, avec qui j'ai communiquer lorqu'elle a réussi à faire que ces petites unités soient mises en service, ce qui a permis de réapprendre à lire, compter, faire des activités, toutes celles qu'ils avaient perdu sous l'effet des traitements très lourds pas toujours adaptés à leur pathologie, chacun a le droit d'être SOIGNE correctement afin d'en sortir le plus vite possible, mais pour ça, il faut des volontés régionales et nationales, en y impliquant les villes et ceux qui connaissent le problème à fond. Je ne veux pas vous forcer la main, mais dans ce domaine, je connais, il faut déjà former du personnel vers des diplômes d'animateurs surveillants, ce travail ne peut pas être confié à de simples stagières, trop complexe. Ecouter les autres est toujours porteur, dans l'attente ?
#2 - Le 18 décembre 2010 à 17h37 par Le Mur
Les propos de Mr Richard à l'égard de Mr Edom sont proprement scandaleux. Les élus qui ont quitté la salle du conseil pour marquer leur désapprobation font honneur à la fonction qu'ils assurent. On ne peut pas en dire autant pour d'autres, tel Jean-Louis Garnier. Celui-ci, sur son blog, ne trouve "rien d'insultant" dans la phrase exprimée par Mr Richard. Rien d'étonnant à cela. Mr Garnier étant coutumier du fait, on voit mal comment il pourrait désapprouver des propos aussi bas.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter