Saint Nazaire Infos

Cité sanitaire : le fonctionnement de l'hôpital affecté par la grippe

Le Centre hospitalier de Saint-Nazaire annonce « une situation de très forte tension en raison d’une suractivité liée notamment à l’épidémie de grippe ».

De nombreux patients, faute d'être accueillis dans les services d’hospitalisation (manque de place disponibles) sont gardés aux urgences.
Une cellule de crise « se réunira chaque jour jusqu’à nouvel ordre » annonce la direction qui se dit « soucieuse de maintenir les meilleures conditions possibles de qualité et de sécurité pour la prise en charge des patients », et « attentive aux conditions de travail difficiles des équipes médicales et soignantes qui sont dans cette période, extrêmement sollicitées ».
Plusieurs « mesures exceptionnelles ont été arrêtées » «et mises en œuvre immédiatement ».
Parmi elles une unité d’hospitalisation supplémentaire a été ouverte pour « soulager le plus rapidement possible le service des urgences » précise Pascale Ticos responsable du service efficience.
Il s'agit de 14 lits qui recevront des patients issus de médecine et bientôt sortants. Les services de médecine pourront ainsi libérer des places et recevoir les patients entrants par les urgences. Elle vient s'ajouter aux 10 lits ouverts début janvier dans l'unité dite hivernale.

Le Docteur Libeau précise les comportements à tenir : « pour la vaccination c'est trop tard » et remarque que « si depuis 10 ans elle avait été très efficace, on remarque une moins bonne couverture cette année, car le virus a muté ». Le médecin rappelle qu'il est nécessaire d'être très précis sur le lavage des mains, et d'utiliser des mouchoirs à usage unique.
Avec une température de plus de 39°C, de la toux et des courbatures, on peut suspecter la grippe. Pour un adulte de bonne constitution et sans autre pathologie, il n'y a généralement pas de difficultés mais il faut être très attentif pour les enfants et les personnes âgées. « L'angoisse c'est de passer à côté d'une sur infection ». Aussi un appel au centre 15 permettra un interrogatoire plus précis et d'affiner la conduite à tenir si les médecins de ville, très surchargés actuellement, ne peuvent se rendre disponibles.




 

Auteur : LY | 30/01/2015 | 0 commentaire
Article précédent : « Grève au Conseil des Prud'hommes contre la loi Macron »
Article suivant : « Cité sanitaire : les voeux « combatifs » du directeur »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter