Saint Nazaire Infos

Cité sanitaire : Le directeur espère modifier « les vieilles habitudes »

Francis Saint-Hubert, directeur de la cité sanitaire explique comment améliorer le fonctionnement de l'établissement.

Cet après-midi à la cité sanitaire le conseil de surveillance n'a pu se tenir, faute de quorum. FO et la CGT en grève ayant refusé de siéger.
Pour les syndicats le déficit chronique est dû notamment au coût du bâtiment, pour FO et la CGT il faut résilier le bail emphytéotique, la CFDT est plus réservée. Le directeur dit attendre aussi le résultat de l'étude de sortie éventuelle que le ministère de la santé devrait produire en septembre.

Il explique qu'il faut « partir d'un constat » : faire tourner un nouvel établissement avec des « équipes de haut niveau » et des « équipements de très bon niveau», avec de plus le rapprochement entre hôpital et clinique. « Nous sommes dans une phase de croissance, et nous comprenons que les équipes doivent prendre de nouvelles habitudes et qu'elles ont de nouvelles attentes ».

Se réorganiser

Francis Saint-Hubert dit comprendre les craintes et les interrogations mais, « il faut éviter de faire deux fois la même chose, mieux programmer, développer l'ambulatoire ».
« Notre structure de dépenses est atypique » et « la part du personnel est très élevée », bien supérieure à la moyenne des établissements de même type.

Des raisons historiques

Le directeur reconnaît que certains services sont mieux dotés que d'autres, il existe des disparités de 50 à 60 % d'un service à l'autre. Il les explique par l'histoire de l'hôpital, « ceux qui avaient obtenu plus, à un moment donné, ceux qui parlaient le plus fort... ». Il souhaite « rééquilibrer en fonction des besoins et des activités ».
Il souligne « le nombre de patients hospitalisés à partir des urgences » est dramatiquement élevé. Et même si c'est un « défaut » national « nous, nous battons les records, et ça c'est le poids des habitudes. Alors qu'en améliorant nos relations avec la médecine de ville et la communication avec les patients nous pourrions désengorger les urgences et faciliter le travail des personnels de ce service».

Anticiper

Si les syndicats soulignent avec des exemples pratiques les difficultés des personnels faute de postes, Francis Saint-Hubert a lui aussi quelques illustrations pour ses propos. Ainsi il explique « les sorties ça se programme » mais souvent « c'est le matin même qu'on dit au patient qu'il peut sortir, alors le temps de s'organiser, de prévenir la famille, la chambre n'est pas libre avant midi ».
Et d'expliquer qu'ainsi, elle ne sera pas utilisée l'après-midi. Alors qu'avec un peu d'anticipation la gestion serait plus efficace.
Quand on l'interroge sur le service de la maternité qui a été totalement refondu, il répond une nouvelle fois organisation : « comment expliquer à une femme enceinte qui sort de consultation et qui passe au secrétariat, qu'elle devra rappeler pour un nouveau rendez-vous ? » Et de donner la réponse : « Eh bien parce que nous sommes incapables d'avoir des plannings suffisamment longs ». Résultat : les patientes sont mécontentes, elles doivent appeler plusieurs fois, attendent au téléphone, et elles s'en vont.

Le déficit prévisionnel se réduit en 2014

Dans un communiqué la direction fait savoir que le plan COPERMO est « essentiellement axé sur le redressement de la situation financière en agissant sur le levier de l'activité qui permettra d'augmenter les recettes du Centre hospitalier ». selon le prévisionnel 2014 le déficit budgétaire est réduit d'un tiers par rapport à 2013.
La direction reconnaît le fort investissement des équipes depuis le déménagement à la Cité sanitaire.
Concernant les postes, 80 ont été créés selon la direction en 2012 et 2013 malgré le maintien de la structure capacitaire en lits, dans le cadre du déménagement.
Aux syndicats qui se plaignent d'un manque d'écoute la direction répond qu'elle se préoccupe des personnels par des accompagnements individuels systématiques, en cas de besoin.

Le directeur a promis qu'il transmettrait au Ministère de la Santé la motion FO-CGT demandant «l'arrêt immédiat des suppressions de postes, la rupture du bail, un financement à hauteur des besoins pour des soins de qualité».

Les syndicats et la direction ont pris rendez-vous en septembre.

Auteur : LY | 10/07/2014 | 1 commentaire
Article précédent : « La seconde moitié du Sébastopol est arrivée à Saint-Nazaire »
Article suivant : « Cité sanitaire : Pour FO il faut dénoncer le bail emphytéotique »

Vos commentaires

#1 - Le 11 juillet 2014 à 19h19 par bib
Ce Monsieur me semble plein de bon sens.
Il faut accepter de savoir évoluer et améliorer le fonctionnement du travail. La sclérose, ce n'est jamais bon.

L'évocation de la femme enceinte qui ne pas prendre rendez-vous dès la sortie de sa consultation est hallucinant. J'ai lu 2 fois pour être sûr d'avoir bien compris. A procéder comme cela, je perdrais tous mes clients.

A ne pas gérer les sorties (stockage et livraisons dans un contexte commercial), je perdrais du chiffre d'affaires.

Un bulletin de salaire ne tombe jamais du ciel. C'est une des preuves que la société pour laquelle vous travaillez est en mesure de le faire.

Le directeur évoque "ceux qui ont obtenu beaucoup, parce qu'ils parlaient le plus fort". C'est marrant, cela me rappelle une des causes de la déroute de la SNCM...

Sinon, encore une réunion où tous les conviés ne viennent pas. Mais ce n'est pas grave puisqu'il y aura d'autres réunions. Et quand on passe son temps en réunion, on avance beaucoup plus vite, c'est bien connu. Vive le dialogue social !

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter