Saint Nazaire Infos

Cité sanitaire : F0 dénonce « un état d'urgence » au Préfet et aux élus

FO dresse uen nouvelle fois un état des lieux catastrophique : agents épuisés et par conséquence un risque grandissant pour les patients.

Le 10 juillet les syndicats étaient allés à Paris pour demander de l'aide au Ministère de la santé, ils ont été reçus hier, par le Directeur qui leur a donné quelques informations et les communiquent ci-après.
« Alors oui, il y a eu une aide de l'état distribuée à l'ARS (dont personne ne nous transmet la hauteur) et cette somme va servir à nous accompagner sur la mise en oeuvre d'actions de prévention de l'absentéisme et de retour à l'emploi ! »
C'est absolument insuffisant quand on sait que la cité sanitaire connaît une augmentation des arrêts maladies de plus de 49 % sur cette période, que nous avons plus de 89 agents en attente de reclassement, des inaptitudes reconnues par notre médecin du travail exponentielles ainsi que des agents avec des restrictions médicales qui ne cessent de croître.

Tout l'été, les agents se sont épuisés avec des congés réduits à 15 jours pour la plupart, ils ont pallié les arrêts de leurs collègues, la direction demandant aux cadres supérieurs de les rappeler sur leurs congés annuels.
Se rajoutent à ces mesures, des redéploiements d'agents dans la douleur, suite à des fermetures de services.
Les effectifs ont tellement été réduits que suite à des arrêts sur des nuits des aides-soignants se sont retrouvés de façon récurrentes seuls avec 30 malades nécessitant des soins techniques, un infirmier situé quatre services plus loin étant censé l'aider et s'occuper de son service en même temps.

Pour les agents restants, nous observons une fuite du personnel avec des demandes de disponibilités croissantes, acceptées de suite par la DRH dans le cadre des restrictions de postes, qui bien sûr ne sont pas remplacées.

Aujourd'hui les agents ne travaillent plus à -1 mais bien à -2 voire -3. Le risque existe tant pour les soignants que pour les patients et notre organisation syndicale maintient que nous ne pourrons pas développer l'activité au prix d'une telle gestion des effectifs.

Nous affirmons que ce n'est pas en mettant de l'argent dans des commissions de prévention des arrêts maladies que cela résoudra les problèmes des conditions de travail des agents.
Force ouvrière insiste sur le fait de mettre cet argent au service des effectifs et non pas dans des réunions "qui font gagner du temps à la direction " en essayant d'y associer les organisations syndicales.

Nous ne sommes pas co-gestionnaires de cette politique financière!

Dénoncer le bail
Nous rappelons que pour Force Ouvrière la seule possibilité de résorber la dette est la dénonciation du BEH.
Tant que nous paierons un tel loyer nous ne pourrons pas améliorer les conditions de travail. Notre organisation continue à dénoncer la réduction des effectifs préconisée par L'Anap dans le cadre du Copermo. Nous ne sommes pas dupes. La direction nous annonçait en début d'année la suppression de 50 postes sur 150. Aujourd'hui nous en sommes loin, un poste nécessite souvent 3 ETP alors faites le calcul.

Notre organisation alerte Mme Bouillé députée de notre circonscription, mais aussi notre maire M. Samzun et notre sous-préfet M. Bordau de l'état d'urgence de la cité sanitaire. Nous interviendrons au conseil de surveillance qui va se tenir le 19 septembre en ce sens. 

Nous leur demandons dès aujourd’hui un rendez-vous et nous continuerons à dénoncer le manque d'effectif sur la cité sanitaire auprès de nos tutelles.

Nous appelons à une assemblée générale des personnels le 16 octobre de 14 h 15 à 15 h 15 sur l'heure mensuelle d'information syndicale.
Cette AG fera suite au CTE du 15 octobre où le directeur nous présentera le RIA (rapport intermédiaire annuel) de nos finances.
Il est très important d'être nombreux pour montrer à la direction mais surtout à l'ARS et au ministère que nous ne sommes pas décidés à nous laisser faire, que nous défendons notre outil de travail et avons toute légitimité à demander des effectifs et la dénonciation du BEH

 

10/09/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Désirs de Ville se plaint de la « police municipale » dans le magazine de la ville »
Article suivant : « Mistral : Pour les Ukrainiens le vent de la guerre s'est déjà levé »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter