Saint Nazaire Infos

Cité sanitaire après un an d’exercice un bilan mitigé

La coopération entre l’hôpital et la clinique paraît fonctionner en terme de complémentarité. Le déficit cumulé 13 M€ pour l’hôpital et 4 M€ pour la clinique obligent à trouver de nouveaux débouchés.
Dr Philippe Deguiral (Commission médicale d'éablissement clinique mutualiste),Francis Saint-Hubert (directeur hôpital), Yann Béchu (Directeur clinique mutualiste), et Dr Michel Grinand (commission médiacale d'établissement hôpital)
Dr Philippe Deguiral (Commission médicale d'éablissement clinique mutualiste),Francis Saint-Hubert (directeur hôpital), Yann Béchu (Directeur clinique mutualiste), et Dr Michel Grinand (commission médiacale d'établissement hôpital)

 

Pour Francis Saint-Hubert directeur du centre hospitalier et Yann Béchu Directeur de la Clinique mutualiste après une année de pratique « on mesure les atouts de cette collaboration. Nous offrons en un seul lieu l’ensemble des prestations de santé, les patients ne sont plus obligés d’aller à Nantes. »
Les deux entités ont démontré la bonne répartition des activités dans un esprit non concurrentiel mais complémentaires. « Quand un malade arrive aux urgences suivant la pathologie il peut être pris en charge par un médecin de la clinique et il ne se rend pas compte de la différence. » Les urgences ont augmentées de 2 à 3% entre 2012 et 2013.
Pour le directeur Francis Saint-Hubert « les chiffres de démarrage sont assez bons et sur ce type de projet ne s’équilibre pas en un an. »
L’agence nationale d’appui et de performance (Anap) est sur place pour faire un premier bilan et voir ce qui pourrait être optimisé. Un plan de retour à l’équilibre médico économique sera présenté au mois de janvier avec pour objectif économique d’équilibre d’ici 18 mois.
Le directeur a rappelé le démarrage laborieux de l’hôpital Pompidou, « sur des projets de cette taille il faut un temps de rodage et d’adaptation. » Il en a profité pour remercier le personnel « qui s’est beaucoup donné » même si une hausse des arrêts maladie de 40% est intervenue entre 2012 et 2013 selon les syndicats. Selon la direction la hausse est de 14%
Le directeur a annoncé qu’il n’y aurait pas de plan d’économie pour l’instant mais plutôt des développements comme l’activité ambulatoire, le traitement du trouble du rythme cardiaque, la diabétologie, l’ophtalmologie, la rhumatologie, la chirurgie gynécologique, pour le centre hospitalier. Côté Clinique mutualiste il est prévu le développement de la chirurgie plastique reconstructrice esthétique, le renforcement de la chirurgie urologique et vasculaire, la médecine nucléaire et l’oncogénétique.
Une nouvelle unité de médecine polyvalente en période hivernale sera créée en janvier 2014 avec 10 à 12 lits supplémentaires.
 

La Cité sanitaire en quelques chiffres

Urgences 68 300 passages en un an dont 1412 sortie du SMUR et 10 685 urgences pédiatriques ;

Maternité 2900 naissances en un an ;

Interventions chirurgicales 18 700 en un an dont 49% en ambulatoire ;

Séances : 7000 chimiothérapies, 10 000 dialyses, et 17 000 radiothérapies

78 500 actes d’imagerie ;

Cuisines : 2343 repas servis par jour

Blanchisserie : 8,6 t de linge traité par jour dont 36% pour des établissements clients.
Nombre d'entrées et hospitalisation complète
Centre hospitalier environ 30 800
Clinique Mutualiste environ  6000

Nombre de journées en alternative à l’hospitalisation
Centre hospitalier environ 33500
Clinique mutualiste environ 10 000

Budget Centre Hospitalier 200,9  M€
Clinique mutualiste 56,8 M€

Personnel
Centre hospitalier 269 médecins et 2492 personnel médical ;
Clinique mutualiste 48 médecins et 403 personnel médical ;

Laboratoire  500 dossiers/jour
22 millions d’actes de biologie

Auteur : JBR | 30/11/2013 | 2 commentaires
Article précédent : « Le veillissement ne présente pas que des mauvais côtés »
Article suivant : « STX : FO tiendra toute sa place dans les négociations »

Vos commentaires

#1 - Le 01 décembre 2013 à 13h34 par UMPHilare
"Les patients ne sont plus obligés d'aller à Nantes" quelle erreur fondamental de compréhension des comportements ! Si l'on va à Nantes ou à Paris c'est pour avoir un 2° avis, ce que ne veut pas comprendre la fonction publique d'état mais aussi les gestionnaires de leur carré d’égoïsme. Qui ne demande pas au moins 2 devis avant de faire entreprendre des travaux chez lui ? or là il s'agit de votre vie!
#2 - Le 02 décembre 2013 à 14h34 par philippe, Saint Dolay
quelle bande de comiques !!! ils ont vendu le service hospitalier au privé et ils s'en vantent en plus....
ces personnes ne sont pas la pour soigner le public mais pour faire de la finance...il faut denoncer le bail emphytheotique comme le font valls ou cope dans leurs communes.......
dans quelques annees, on aura plus le choix que d'etre soigne en presentant sa carte bleue avant de sa carte vitale...la qualite des soins se degrade dans tous les services, on remplace des infirmiers ( trop couteux...!!) par des aides-soignants, on utilise du materiel de seconde zone etc....
le niveau de sante a sait nazaire chute a vitesse grand V, tout cela pour enrichir eiffage et ses actionnaires
c'est affligeant et ce sont les patients qui payent le prix cher

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter