Saint Nazaire Infos

Christiane Poisbeau et son accordéon animent le marché

Sur les marchés de Saint-Nazaire ou de Méan-Penhoët, Christiane Poisbeau est un personnage incontournable et indispensable. Par tous les temps, elle met le marché en musique et donne à ce lieu de convivialité, un petit air de fête que tout le monde apprécie.

Que vous alliez à Penhoët le samedi, ou sur les halles à Saint-Nazaire, les mardi, vendredi ou dimanche, vous ne manquerez pas de croiser Christiane et son accordéon. Et même si vous ne la rencontrez pas, vous entendrez forcément les airs qu'elle joue inlassablement de 8 heures à 13 heures, sans discontinuer. Nazairienne d'adoption, Christiane habite le quartier de Penhoët depuis une vingtaine d'années. Il fut une époque lointaine où elle résidait à Paris et jouait de la musique dans le métro. La conversation continue, et les souvenirs défilent : "Chaque matin entre 7 et 9 heures, je jouais de la flûte irlandaise à métro République, et les gens partaient travailler en chantant et en sifflant". C'était il y a 25 ans, dit-elle avec une certaine pointe de nostalgie.

Autodidacte

Les années ont passé, le temps des cerises (un air de son répertoire) aussi. Aujourd'hui, Christiane joue avec une certaine dextérité avec un accordéon diatonique "Stelvio". On est peut-être loin d'Yvette Horner, ou de Franck Gergaud, mais ses interprétations restent assez remarquables. D'autant plus, qu'elle n'a jamais pris de cours d'accordéon. En fait, tout a commencé, il y a sept ans. Et de préciser : " Je suis autodidacte. Un jour, j'ai acheté un accordéon en ayant l'envie d'en jouer, sans en avoir jamais touché un. C'est devenu une passion, un coup de coeur. J'ai tout lâché et je me suis mis à jouer sur les marchés. Les gens se sont montrés réceptifs, alors j'ai continué. Mon public me connaît. Moi, j'aime la musique et le contact. Les gens viennent me parler, c'est très sympa". Parmi, ses fans, il y a le "p'tit Marcel", un gamin d'à peine 5 ans. Pour les vacances scolaires, il vient chez ses grands-parents et chaque dimanche, il demande à aller voir "la dame qui joue de la musique". Pendant, une dizaine de minutes, il reste là, admiratif et laisse tomber quelques pièces dans le chapeau, histoire de dire "merci pour ce bonheur que tu nous donnes ». Et là, le visage de Christiane s'illumine d'un sourire simple, généreux qui en dit bien plus long que les paroles.

Un coin de bonheur

Le répertoire de Christiane ne varie guère d'un dimanche à l'autre. Le public le connaît par coeur, mais ne s'en lasse pas. Dans les airs quelle interprète, des chansons à texte de Brassens à Barbara pour ne citer qu'eux. "Ce sont des chansons engagées, mais chut, il ne faut pas le dire ! Les gens le savent bien" souligne-t-elle malicieusement. Les heures passent, les airs se succèdent, et les pièces tombent dans le petit chapeau, tout doucement au gré du bon coeur des gens. Mais le but de Christiane n'est pas de faire fortune. Son souhait à elle est de donner un peu de bonne humeur, dans cette période de sinistrose ambiante. Un sourire, une parole sympa, un geste amical, un petit air d'accordéon et les gens repartent chez eux avec dans leur tête un petit coin de bonheur. Et tout ça, grâce à Christiane…

03/11/2010 | 0 commentaire
Article précédent : « Casse-Noisette par le Cirque national de Chine, les 4 et 5 décembre à Saint-Nazaire »
Article suivant : « Hans Op de Beeck : Sea of tranquillity »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter