Saint Nazaire Infos

CGT Navale Saint-Nazaire : Les marins de la SNCM et les salariés de STX se concertent

La SNCM et STX sont deux entreprises où l’Etat est actionnaire. La CGT conduite par Joël Cadoret s’est dite très préoccupée par le carnet de commandes, malgré la commande d’Oasis. Des possibilités nouvelles existent par le renouvellement de la flotte SNCM, mais dans quel délai ?

Le renouvellement de la flotte à la SNCM est conditionné par  maintien de la délégation de service public. Car pour la CGT « nous restons dans l’attente d’actes forts permettant une véritable politique de la construction navale en adéquation avec les besoins nationaux. » Pour Joël Cadoret « on ne peut pas défendre le  ''made in France'' et laisser construire des bateaux ailleurs. »

Dans le contexte actuel (chômage partiel 50 à 70 % de la population impactée) le travail effectif d’Oasis ne se produisant pas avant le 1er trimestre 2014, la CGT « a des exigences : »
- imposer le pavillon français de 1er registre sur les lignes de service public est la condition indispensable ;
- obtenir le renouvellement de la flotte et faire construire les nouveaux ferries à Saint-Nazaire.
Pour la CGT  la construction des cars ferries pour la SNCM pourrait répondre aux critères d’innovation avec la propulsion à gaz et s’inscrire dans les 80 millions d’euros annoncés par le Arnaud Montebourg incitatif à l’innovation.
 

Cabins  réintègrera STX

La société Cabins est spécialisée dans la conception, la fabrication et l’installation de cabines modulaires préfabriquées pour les navires de croisière. Elle est située à Montoir elle sera re- filialisée à partir du 1er septembre. Pour la CGT ce fut « une erreur stratégique », cette entreprise ayant été filialisée déjà deux fois, en 2004 et 2007.
Pour le syndicat, la réintégration est une bonne chose avec la précaution d’emploi, et la situation géographique (Zone de Brais), mais il serait plus cohérent que la fabrication des cabines soit située au plus près des navires.

La CGT redoute l’accord de « compétitivité »

En préalable à « l’accord de compétitivité » signé par le Medef, la CFDT, la CGC, et la CFTC, la direction des chantiers a soumis un accord de méthode portant essentiellement sur l’analyse des coûts sociaux et plus globalement du coût du travail. Le syndicat refuse, et ne signera pas cet accord de méthode  considérant ne pas vouloir participer à ce « sale boulot» . Enfin le syndicat voit déjà la direction de STX expliquer avoir pris la commande de Oasis au rabais, et en profiter pour remettre en cause les droits acquis des salariés.
 

Auteur : JBR | 22/03/2013 | 0 commentaire
Article précédent : « HélYce après six mois »
Article suivant : « Emploi : Le train industrie et innovation s’arrête à Saint-Nazaire »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter