Saint Nazaire Infos

Centre-ville : activité stable en 2014 par rapport à 2013 selon la CCI

Jean-Luc Cadio vice-président de la CCI et François Patte de l'association des commerçants ont fait un point sur l'activité des commerces en 2014 et le bilan des ouvertures du dimanche en décembre.

Les données sont issues des chiffres d'affaires de commerçants volontaires qui transmettent leurs chiffres sous couvert d'anonymat. Le panel est constitué de 90 à 110 commerçants. Selon Jean-Luc Cadio, ces valeurs sont « plus ou moins fiables et ont en place depuis sur 5 ans », (quelquefois les commerces s'arrêtent,il faut en trouver d'autres ou n'envoient pas leurs chiffres) mais permettent de faire, globalement, des comparaisons. Les marchés sont hors étude
Le commerce de centre-ville (des surfaces inférieures à 300 m2) en 2014 est en régression de 0,6 % par rapport à 2013, au niveau national. À Saint-Nazaire la CCI annonce une progression de 0,1 %.
Deux secteurs sont en net recul (-4,6 %). Culture et loisirs (on note que le tabac est rattaché), et santé hygiène, esthétique.
L'alimentation est en progression correspondant à une fourniture de proximité. L'habillement annonce 2 % et les restaurants +1 % ce qui, pour ces derniers, est interprété comme une conséquence du beau temps.

La CCI se félicite « d'un renouveau » après deux à trois ans de baisse de chiffre. L'association, remarque avec satisfaction le plan de rénovation voté en décembre, à l'unanimité, pour la rénovation du centre-ville.
 

Les locaux vacants

Le cabinet chargé de l'étude des commerces note 15 à 20 % de locaux vacants alors que le chiffre s'établit plutôt entre 8 % et 12 % dans d'autres villes. Cette valeur est interprétée par une  trop grande quantité de cellules. Cela peut être un point positif, précise le président qui y voit un moyen de négocier les loyers. On note 88 locaux vacants dans le cœur de ville (sur 500 environ), si on considère la zone gare, mairie, halles, Ruban Bleu avec environ 800 commerces le décompte n'est pas donné.
Il est noté 20 % de moins de procédures collectives en 2014 qu'en 2013, mais le nombre total de fermetures, ni d'installations n'est pas donné, et vendre un droit au bail est reconnu comme « pas facile » (hors vente de fonds de commerce).
 

Retour sur les points de vente

Selon le vice-président, il faut compléter la formation des commerçants en terme d'accueil et de suivi, car le client est de mieux en mieux informé par internet, avant de se rendre dans les boutiques. À ce sujet une camionnette circule pour sensibiliser à l'importance du numérique. Il est souligné l'importance d'avoir un site internet attractif. Dans cette idée, l'association des commerçants a mis à disposition de ses adhérents un site internet commun où chacun dispose d'une page individuelle qu'il peut mettre à jour.

Ouvertures du dimanche

90 % des commerçants concernés étaient ouverts des deux dimanches précédant Noël. C'est la première année que les flux peuvent être mesurés. Rue de la paix : un peu plus de 4 000 le premier dimanche et à peine 5 000 le second soit 1 000 de moins que les samedis les précédant. 75 % des commerçants qui ont ouvert se disent satisfaits. Par rapport à l'année, pour 29 % des commerçants la fréquentation a été meilleure.
Le chiffre d’affaires s'est effectué surtout sur le second dimanche mais l'association note deux bonnes journées la semaine suivante, pour les courses « père Noël ». Le Ruban Bleu est satisfait de sa fréquentation avec augementation respectivement de 39 et 34 % par rapport aux dimanches de 2013 avec 17 000 et 18 000 visiteurs cette année, enregistrant une hausse de chiffre de 4 % par rapport à 2013.
Globalement 10 % du chiffre de décembre aurait été effectué grâce à ces deux ouvertures exceptionnelles, et cela décongestionne un peu les samedis précise François Patte.
Pour l'association, les commerçants ne sont pas forcément demandeurs des ouvertures du dimanche, pour François Patte l'idée d'ouvrir, et de fermer, comme en Alsace pourrait être étudiée soit ouvrir quand il y a du potentiel, par exemple les dimanches de décembre et fermer systématiquement les jours fériés sur semaine le reste de l'année. Ce qui reste gérable par les micro-entreprises. Il fait remarquer qu'avec une liberté totale d'ouverture le dimanche, les commerces n'ouvriraient pas tous les dimanches. La difficulté pour Saint-Nazaire est qu'elle est confrontée en été à d'autres lieux commerciaux ouverts toute la semaine (balnéaire), ce que déplore l'association, notant des « réglementations différentes ».
La CCI est plus favorable à cinq dimanches : « les deux des soldes, celui de la braderie, et deux pour la fin d'année ». Cette solution n'a pas encore été évaluée par l'association. Pour David Samzun, selon ses dernières déclaration c'est plutôt « deux dimanches ». Les animations de la Ville ont été appréciées et particulièrement la relocalisation de la fête foraine et l'installation de la patinoire.

Les soldes mal partis

Entre les soldes privés pour les clients « privilégiés » et la semaine « Charlie » les résultats sont « moins bons voire inquiétants » selon la CCI.

Renouveau ?

Les chiffres annoncés semblent montrer une stabilisation de l'activité des commerces de centre-ville mais compte tenu de la méthode, avec une hausse de 0,1 % peut-on réellement parler de « renouveau économique » comme le déclare Jean-Luc Cadio ? Si les baisses de chiffres des deux dernières années, imputées aux travaux d'hélYce, semblent enrayées, il reste à faire revenir les clients dans le centre. Entre vœux de début d'année et méthode Coué, il y a peut-être une place pour espérer une embellie en 2015.

23/01/2015 | 1 commentaire
Article précédent : « La STRAN compte près de 10 000 abonnés en 2014 »

Vos commentaires

#1 - Le 23 janvier 2015 à 22h16 par bib
L'analyse sur le % de locaux vacants a de quoi surprendre : l'importance du pourcentage (enfin admis après des années de politique de l'autruche) permettrait de faire baisser les loyers et d'avoir des pas de porte gratuits. Cela renforce bien la relance de l'offre locative dont parle actuellement M.le Maire. Investissez pour ne pas rentabiliser, on vous dit. Les commerçants savent qu'il faut proposer pour que le client ait envie de choisir (sous couvert d'une bonne gestion des stocks)

Si à la lecture de cet article, la Carène ne proteste pas sur le dire "les travaux d'Helyce sont bien la cause des baisses de chiffres d'affaires des 2 dernières années", son actuel Président aura l'amabilité de sortir les dossiers de demande d'indemnisation qui ont été retoqués pour des motifs hallucinants du style : "vous avez acheté un fonds de commerce avant les travaux, vous perdez 20% de CA par rapport au prédécesseur, mais comme vous aviez auriez pu consulter le tracé des travaux avant cette acquisition, vous auriez du savoir que cela aurait été un désastre alors que nous affirmions le contraire au même moment".
ou encore
"il n'y a pas eu de travaux juste devant votre commerce, merci de licencier toute ou partie de votre personnel ou faire faillite en silence"
sous vos applaudissements

Si on veut garer facilement Avenue de la République, il est prié d'arriver avant l'ouverture des commerces ou après leur fermeture (et seuls les restaurateurs peuvent y trouver leur compte), et d'être doué en créneau...

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter