Saint Nazaire Infos

ATSEM : le bras de fer continue avec la Mairie

Les agents territoriaux spécialisés pour la petite enfance sont en colère, les négociations avec la Mairie sont au point-mort. Celle-ci tape du poing sur la table dans un communiqué.

« La ville de Saint-Nazaire a décidé de mettre en place, dès la rentrée 2013, la réforme des rythmes scolaires... Cette décision s’inscrit dans la continuité d’un engagement constant en faveur de l’éducation. Pour la majorité municipale, l’intérêt de l’enfant est une priorité et cette réforme va dans le bon sens.
Depuis plusieurs mois, une large concertation est menée au sein des services municipaux et avec l’ensemble des partenaires pour définir une organisation adaptée à ce nouveau rythme de vie de l’enfant. Naturellement, cette réforme modifie les organisations actuelles mais c’est une absolue nécessité, pour le service public, de pouvoir s’adapter aux nouveaux enjeux.
Nous constatons, à ce jour, une situation de blocage avec certaines ATSEM....
Qu’en est-il exactement ?
Pour mémoire, la municipalité a, de longue date, porté une attention particulière aux conditions de travail des ATSEM. Ainsi, elles sont présentes dans toutes les classes maternelles ce qui n’est, en rien, une obligation légale mais bien l’expression d’un engagement politique fort.
Les ATSEM travaillent actuellement 1505 heures par an. Elles ont rémunérées sur la base de 1569 heures. Aujourd’hui, l’organisation envisagée permet de faire coïncider le temps travaillé avec le temps payé et c’est pourquoi il est prévu de porter le temps de travail des ATSEM à 1569 heures, ce qui est le droit commun dans les services municipaux.
Cette mesure s’accompagne d’une revalorisation du régime indemnitaire par l’intégration dans la filière médico- sociale, d’une diminution de l’amplitude horaire journalière, d’un recentrage des interventions des ATSEM sur leur cœur de métier. Par ailleurs, les ATSEM pourront bénéficier de la quasi-totalité des congés scolaires.
A plusieurs reprises, la tenue du comité technique paritaire, instance légitime et démocratique pour traiter des questions d’organisation, a été perturbée par certains agents. Néanmoins, la municipalité a souhaité continuer à négocier avec les organisations syndicales car il est essentiel que cette réforme puisse se mettre en œuvre avec la participation de tous les agents concernés.
La municipalité réitère donc sa volonté que ces temps de dialogue puissent se dérouler sereinement et qu’un accord soit rapidement trouvé. Si lundi le constat est fait qu’il n’est pas possible de sortir de ce conflit par la voie normale de la négociation, le Maire prendra toutes les dispositions pour éviter que les familles et les enfants n’aient à subir plus longtemps les conséquences négatives de cette situation ».

Voir aussi http://www.saintnazaire-infos.fr/les-atsem-se-fachent-23-43-2127.html

14/06/2013 | 1 commentaire
Article précédent : « STX chez les Viking et le « délit de fuite » des politiques »
Article suivant : « Total pour la pollution de Donges de 2008, procès en appel »

Vos commentaires

#1 - Le 14 juin 2013 à 22h26 par kolig
Dire que cette grève ne concerne que certaines atsem est sinon un mensonge au moins une vue de l'esprit. Une grande majorité du service est à l'arrêt. Par ailleurs, ce communiqué qui ne met en relief que les avantages des atsem ( 1509 heures, quasi totalité des vacances) n'a comme objectif que de monter les parents contre ce mouvement. Même s'il est vrai qu'une partie des demandes portent sur des revendications catégorielles, elles expriment aussi la désorganisation d'une réforme mise en place à marche forcée, sans concertation.
Une grande majorité de la communauté éducative est persuadée du bien fondée de cette réforme des rythmes scolaires. Toutefois, parce qu'il fallait absolument soutenir une réforme gouvernementale du même bord politique que la majorité actuellement en place, on a oublié de prendre le temps et on bouscule tout le monde, par pur dogmatisme. La loi permettait de prendre le temps et de mettre en place ces rythmes à la rentrée de 2014 et de réfléchir aux contenus. Au lieu de çà, on braque tout le monde, on ne concerte peu ou pas. Les services sont en ébullition et çà craque.
Pour terminer, cette réforme ne pourra réellement être mise en place avec des activités que dans quelques écoles, faute de personnels formés. Les autres structures devront se contenter de garderie plus ou moins organisées... Dès lors, légitimement, la question de l'égalité et du bien de l'enfant se pose.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter