Saint Nazaire Infos

Athlétisme : L’ouest du département regroupe ses forces

C’est un événement. Leader des clubs d’athlétisme sur l’ouest du département de la Loire-Atlantique, l’ESCO 44 est sur le point de devenir une réelle force dans le cadre d’un regroupement qui fera d’elle une association capable d’afficher un millier de licenciés.
L’ESCO 44 et ses athlètes évoluent en nationale 2
L’ESCO 44 et ses athlètes évoluent en nationale 2

L’ESCO 44 c’est le club de Sandra Gomis, d’Elly Lefort, Allan Bourrieau, l’élite locale. L’Entente sportive des clubs de l’océan, c’est aussi une épopée.
Petit retour en arrière. En 1977, une idée germe dans la tête de différents athlètes, plutôt, d’ailleurs, que dans celle des dirigeants. Il faut regrouper les clubs de la Presqu’île guérandaise et de l’arrondissement. Il y a parmi les partants, à l’époque, le SNOS (Saint-Nazaire), l’US Pontchâteau, l’ASAB (La Baule). Le 17 octobre de la même année est retenu le principe. Le 8 octobre 1978, la section du SNOS se met en sommeil. Et, le même mois, naît l’ESCO qui regroupe les athlètes des trois clubs inspirateurs du projet. La municipalité de Saint-Nazaire accepte la nouvelle création mais précise qu’elle ne subventionnera qu’à hauteur des athlètes de sa ville. Peu importe. L’ESCO est partie. Il y avait cinq sections à l’origine, Saint-Nazaire, La Baule, Pontchâteau, mais aussi celles de Saint-André-des-Eaux puis de Guérande. En 2000, l’ESCO devient ESCO 44 Saint-Nazaire et se rattache à elles les sections de Pontchâteau, Saint-André et la plus récente, Pornichet. Entre-temps, Guérande a pris du volume. La Saint-Aubin a grandi mais va devenir dès 2002 le PGAC (Presqu’île guérandaise athlétic club) qui va s’allier avec la vieille ASAB de La Baule. Le PGAC a les structures, l’ASAB possède une piste en tartan, celle de Moreau-Defarges. Le mariage, avec une telle dot bauloise, ne peut que réussir. Un gros club est né à vocation intercommunale puisque ses licenciés viennent tout aussi bien de La Baule, Guérande, Assérac, Batz, Férel, Mesquer, Saint-Lyphard etc..
 

Un nouveau combat

Seulement, pendant ce temps, les ententes, regroupements, se multiplient en France et dans la ligue des Pays de la Loire. L’ESCO 44, forte pourtant de 398 licenciés, part pour un nouveau combat. Si tout va bien, le 1er janvier 2014 sera posée la première pierre d’une nouvelle structure qui regroupera 1 000 athlètes environ.
En effet, alors que la Saint-Pierre de Missillac qui possède une grande tradition athlétique rejoindra l’ESCO 44, là encore début 2014, un autre rassemblement va se produire entre toutes les sections de cette ESCO 44 et les clubs « de l’autre côté de l’eau » que sont le Côte de Jade AC et l’AC Brévinois.
Président de l’ESCO 44, Patrick Rouëné explique : « Attention, il ne s’agit pas d’une fusion, mais bien d’un regroupement. Ainsi, chaque club conservera ses prérogatives, son autonomie et même son nom même si la nouvelle création en possèdera un nouveau ». Curieux ? Non. « En fait, les regroupements se multiplient en France. La fédération en a pris compte. Ainsi, pour prendre un exemple, la performance d’un athlète sera enregistrée sous l’appellation X ou Y, le nom de la future entité qui n’est pas encore défini, section ESCO 44, section Côte de Jade ou section Saint-Brévin », ajoute le président.
Les objectifs de ce regroupement sont multiples. « Il y a d’abord un intérêt sportif. On pourra aligner des équipes à tous les niveaux, minimes, cadets etc…et qui seront plus fortes. On pourra aussi regrouper nos forces en termes d’entraînement et, également conserver nos athlètes qui seraient tentés de partir dans les grands clubs nantais ou autres. Il y a enfin un aspect financier qui n’est pas négligeable », ajoute Patrick Rouëné.
 

1000 licenciés

Avec les 300 licenciés du club de la côte de Jade, les 200 Brévinois, la centaine de Missillacais, les 400 de l’ESCO 44, c’est une structure de 1000 licenciés qui devrait naître rapidement. « Ce n’est pas encore officiel car il va falloir que les différents clubs qui acceptent cette idée voit le concept ratifié par leurs propres adhérents lors de leur assemblée générale. Mais le principe est acquis. Le PGAC à qui il a été proposé de nous rejoindre préfère pour l’instant ne pas intégrer cette création », ajoute le président de l’ESCO 44.
Mais il ne fait aucun doute que pour préserver leur élite, les clubs doivent unir leurs composantes. Cela va d’ailleurs aller assez vite. Tout doit être ficelé pour la fédération française d’athlétisme le 1er janvier 2014 avec dépôt des dossiers courant octobre 2013. Autrement dit, les assemblées des clubs concernés auront lieu dès la rentrée. Sera créée ensuite une sorte de conseil d’administration qui chapeautera l’ensemble « mais avec des méthodes de travail simples »  puisque les associations conserveront, comme nous l’avons dit, leur autonomie. Club qui évolue en nationale 2 en poule d’accession, l’ESCO 44 aura forcément, dans le cadre de cette nouvelle structure, de très grandes ambitions une fois l’imposant club de l’ouest du département officialisé.

 

Auteur : P.M. | 21/08/2013 | 0 commentaire
Article précédent : « Course de côte et slalom : David Dieulangard en route pour les finales »
Article suivant : « Boxe : Christian Mbilli Assomo champion d’Europe »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter