Saint Nazaire Infos

Après-midi du zapping : le conseil régional crée le pass santé sexuelle

L’après-midi du zapping s’est déroulé ce jeudi 9 février au Cinéville de Saint-Nazaire. 300 jeunes ont pu être sensibilisés à la maladie du VIH qui contamine un Français toutes les 90 mn.
Les Professionnels  Marie Christine Baudet Chloé Le Bail
Les Professionnels Marie Christine Baudet Chloé Le Bail

Dans la salle de Cinéville certains adolescents n'imaginaient pas que 152 000 personnes vivent avec le virus du Sida en France. L’association Solidarité Sida à travers les Après-midi du zapping informe les jeunes sur les conduites à risques en matière de sexualité. Camille Allary, chargée de prévention explique « Cette année ce sont les 20 ans de l’association. Notre rôle est de faire des actions de prévention de créer des événements qui mobilisent le grand public. Les Après-midi du zapping existent depuis 2003. Si nous sommes à Saint-Nazaire aujourd’hui, c’est grâce à la région Pays de Loire qui organise une tournée dans six villes : Evron, Segré, Le Mans, La Roche-sur-Yon, Saint-Nazaire et Nantes ». La Région apporte son soutien à l’événement en investissant 18 000 €.
Des jeunes des lycées Aristide Briand, Blancho et du Centre de formation des apprentis aux métiers de l’industrie ont pu faire valoir leurs connaissances sur les IST* et MST* à travers un quiz interactif. Le programme de prévention est bien rodé, Solidarité Sida propose des extraits du zapping de Canal Plus entrecoupés de spots de prévention à l’écran, pour continuer sur des questions débats liées au Sida et à la sexualité.
Les jeunes : 20 % n’utiliseraient pas forcément de préservatif
Dans la salle, les adultes présents sont surpris des clichés qui courent chez les jeunes sur le virus du Sida, notamment concernant sa transmission. Aux questions quiz « Comment se transmet le VIH ? », certains répondront qu’il se transmet par piqûre d'insecte, ils sont 27 % à le penser ; d’autres diront par la salive ou par l’urine. Abordant le sujet de la tri thérapie, quelques jeunes pensent que les médicaments permettent de guérir du sida, et concernant la prévention, 20 % d’entre eux n’utilisent pas de préservatif.
Néanmoins les jeunes interrogés semblent conscients de leur ignorance sur le sujet. Louan, Emmanuel, Mohamed et Alexis précisent à la pause « Bon c’est vrai, on a la sensation d’apprendre des nouvelles choses mais c’est un peu long, il y a des trucs qu’on sait déjà car au collège, il y a des informatio de prévention. Cela reste quand même très utile, ça peut aider certains… Mais on a pas compris le zapping de Canal Plus, cela n’avait rien à voir avec le sujet ». Elise, Océane, Alysée et Chloé quant à elles, se montrent plus mûres dans leur réponse commune « Oui c’est intéressant car on n’est pas spécialement toujours au courant de toutes ces choses-là, par rapport à certains pays, on est moins informé. Certains jeunes ailleurs le sont plus tôt. Et puis il y a une interaction, ce n'est pas ennuyeux du tout. On a appris plusieurs choses ». Et l’une d’elles à propos du zapping « Quand on regarde bien le zapping il a quand même certaines choses qui ont un rapport avec le sujet ».

La Ville s’empare des questions de prévention et d’addiction

Reconnaissant que les interlocuteurs pour les jeunes sont assez rares et qu’il est parfois difficile pour eux de s’adresser à quelqu’un, la Ville de Saint-Nazaire a mis en place un mini-forum de santé. Il permet d’identifier les acteurs de santé locaux et les associations. Comme le souligne Marie-Christine Baudet, adjointe à la santé publique et la petite enfance « La Ville est heureuse d’accueillir la Région et l’association pour cette manifestation, cela nous a permis de coordonner plusieurs partenaires qui sont présents sur le temps de forum ». Afin d’assurer sa mission de prévention, la Ville édite, à travers l’atelier Santé Ville que coordonne Catherine Marchand, une plaquette remise au jeunes avec des numéros et adresses locales. Catherine Marchand souligne « L’intérêt est de fédérer les partenaires locaux, et la création d’un support a été un bon choix puisqu’il permet de laisser une trace. Par ailleurs certains partenaires sont dans le champ de la prévention sexuelle mais pas seulement. Nous avons voulu traiter dans ce support de toutes les différentes formes d’addiction que peuvent rencontrer les jeunes »

La Région renforce son pack autonomie

Chloé Le Bail, Vice Présidente du Conseil Régional, a profité de la manifestation pour annoncer la création du Pass Santé Sexuelle pour la rentrée 2012. Une opération, dont le conseil régional est l’instigateur, (budget de l’ordre de 500 000 €). Un des plus importants budgets de France pour une collectivité sur la question de santé sexuelle chez les jeunes. Chloé Le bail souligne « Pour nous, c’est très important d’aborder ces questions de santé sexuelle, encore plus avec les lycéens. En parler ce n’est pas évident, ni avec la famille, ni à l’extérieur. C’est un éternel recommencement pour chaque génération, et c’est la raison pour laquelle les pouvoirs publics ont un devoir face à ça. Nous avons identifié des besoins et des manques en terme de priorité politique c’est pourquoi nous avons choisi avec les Pays De Loire de mettre en place ce dispositif à la rentrée 2012 dans les lycées et les CFA. Il rentre dans le cadre de notre pack autonomie installé il y a plusieurs mois déjà ».
L’idée c’est de permettre aux jeunes de pouvoir voir une infirmière, un médecin ou une autre personne du corps médical de façon tout à fait anonyme, pour les garçons et les filles, de pouvoir consulter de façon gratuite et anonyme avec une prise en charge par la Région des analyses, de la contraception ou des traitements nécessaires le cas échéant. Loin d’empiéter sur les prérogatives du planning familial, la conseillère régionale explique.« Nous avons tout fait en réflexion avec les acteurs de la santé en Pays De Loire. Nous travaillons au renforcement des plannings familiaux pour qu’ils puissent augmenter leurs actions et défendre leur rôle car ils ont subi une certaine baisse de fonds publics de la part de l’État. Nous avons aussi pensé ce dispositif avec des jeunes dans le cadre du Schéma Régional des Jeunesses ». La région continue ainsi son programme d’actions solidaires et d’engagement social.

*IST et MST infections et maladies sexuellement transmissibles

Auteur : SD | 10/02/2012 | 0 commentaire
Article suivant : « HelYce : la convention est signée »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter